Précise par endroits, elle se dilue et disparaît en laissant des blancs qui contiennent autant de sens que les éléments que l’on distingue. Partant d’un motif ou d’une évocation historique, l’artiste construit ses peintures par superposition. Strate après strate, il pose des plages de couleur, des espaces en réserve et des figures, qui souvent font allusion à sa mémoire ou à d’autres œuvres. Dans ses peintures, à la limite de l’abstraction, Michael Rampa compose ainsi un monde onirique dont on cherche à percer le secret.

Natif de Château d’Oex, le peintre a régulièrement sillonné la Gruyère avec son carnet d’esquisses avant de poursuivre sa formation en autodidacte en Italie et en Grande-Bretagne. Pour sa première exposition monographique dans un musée, il revient sur ses propres traces et présente au Château de Gruyères ses derniers travaux.